Cette année, le derrière a la côte !

Que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, le derrière à la côte depuis quelques temps et revient bon train.

Pour les femmes

Depuis de nombreuses années, on sait à quel point la gente masculine est attiré par l’orifice anal de leur partenaire. Un fantasme pour certains, un plaisir immense pour d’autres et peu d’entre eux sont bloqués ou dérangés à l’idée de franchir cette porte. La sodomie reste l’une des pratiques sexuelles préférées des hommes. L’anus étant plus serré, sa pénétration apporte plus de sensations que celle du vagin.

derrière gif

Femme qui danse

Longtemps restée un sujet très tabou et une pratique souvent jugée de « répugnante », la sodomie commence à se faire une nouvelle image. Sa place dans la vie sexuelle devient de plus en plus importante comme en témoignent les chiffres suivant :

  • 7% des femmes disent s’y adonner souvent,
  • Pour une sur cinq cela reste occasionnelle.
  • Ce n’est pas moins de 53% d’entre elles qui l’ont déjà pratiqué au moins une fois dans leur vie. Un chiffre qui a été multiplié par 4 au cours des cinquante dernières années.

Que ce soit pour faire plaisir à son partenaire ou bien pour faire de nouvelles découvertes, les femmes osent.

Les hommes et leurs derrières

Il faut savoir que l’anus est une zone très sensible pour les deux sexes. Chez l’homme, il mène à la prostate, qui est une zone fortement érogène, aussi appelé point P pouvant provoquer des orgasmes bien plus puissants que ceux ressentis lors d’une éjaculation. Mais faut-il encore oser ?

photo-index-statut

Photo d’une main d’une statut avec l’index pointé

C’est tout de même pas moins de 22% des femmes qui ont déjà pénétré l’anus de leur partenaire avec leur doigt. 15% qui ont déjà réalisé un anulingus. Rare encore sont les couples pratiquant le chevillage, où ici, la femme à l’aide d’un gode pratique la sodomie sur son partenaire.

Et oui messieurs, la prostate est un sujet dont on parle de plus en plus. Dans un premier temps vis à vis du cancer qui touche de plus en plus d’hommes. Mais aussi par la démocratisation de l’orgasme prostatique entraînant un fort développement dans les gammes destinées aux hommes en terme de sextoys. Longtemps nous avons entendu parler uniquement de l’orgasme éjaculatoire et pour autant il n’est pas le seul et l’unique. Cependant rares sont ceux qui le connaissent puisque pour le rencontrer il faut bien entendu passer par l’arrière. Si vous souhaitez des renseignements, vous trouverez tout sur notre article à ce sujet.

Les stimulateurs prostatiques ont la côte en ce moment et le sujet se démocratise ce qui nous laisse croire que ce chemin pourra à l’avenir être emprunter plus souvent pour tous.

Ces chiffres montrent particulièrement que la sexualité des femmes se rapproche de plus en plus de celle des hommes. On peut voir que l’écart entre les comportements et les sexes est de plus en plus faible.

Source chiffres : Enquête IFOP  pour ELLE magazine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.